PROXIMO REVUE DE PRESSE DU 26 Octobre 2020

China’s leaders look to boost self-reliance as country turns inward

Four-day session on policy goals for next five years begins behind closed doors in Beijing

China’s top leaders have begun a meeting on boosting the economy’s self-reliance as the country turns inward amid diplomatic tensions and the coronavirus crisis.

The four-day session known as the plenum, which will determine China’s policy goals for the next five years, began on Monday behind closed doors in Beijing. While the new economic plan will only be made public just before approval by the rubber-stamping legislature, the National People’s Congress, details released after the close of the plenum provide key clues as to Chinese Communist party’s new priorities.

The meeting is being held amid a deteriorating global economy, historically tense ties between China and the US, and an increasingly difficult international environment for Beijing as it comes under scrutiny for alleged human rights abuses and political repression in Xinjiang and Hong Kong and questions about its transparency when the Covid-19 outbreak emerged in Wuhan in December.

The plenum also takes place at a time of opportunity for China. The economy has been the first to begin recovering after months of paralysis from the pandemic, with expectations of 2% growth this year while the global economy is expected to contract 4.4%, according to the International Monetary Fund. Economists expect China’s economy to become the largest in the next few years.

Analysts expect leaders to advocate policies that help replace lost international trade with domestic demand, in line with the “dual circulation” economy the Chinese leader, Xi Jinping, has been pushing amid the pandemic, focused on improving its home-grown technology and other industrial sectors.

Officials are also expected to outline goals for the next 15 years, as part of a larger vision of turning the country into a “modern power” by 2050 in time for the People’s Republic of China to celebrate 100 years. The release of such a long-term plan, even in what will likely be vague terms, has bolstered predictions that Xi plans to stay in power potentially for life.

Julian Gewirtz, a senior fellow for China studies at the Council for Foreign Relations, said the plenum was “ultimately about seizing near-term opportunities presented by Trump and covid”.

“China’s leaders see their country’s economic recovery, in the global context, as a new asymmetric advantage favouring China,” he said. “If this plenum had a tagline, it might as well be what the top economic policymaker, vice-premier Liu He, said in a recent speech: ‘Now the bad things are turning into good ones.’”

China to US, ‘Stop Making China an Issue in the Election’

The nation at the center of the U.S. foreign policy debate ahead of a polarizing presidential election wants simply to be left out of it.

China is the world’s largest country by population and its second biggest economy—first by some measures—but relations with the United States have deteriorated in recent years, with both Republicans and Democrats rethinking Washington’s strategy toward Beijing.

During Thursday’s final presidential debate, both candidates took shots at the People’s Republic, whose very air President Donald Trump called « filthy »—alongside that of India and Russia—during an exchange on climate policy with former Vice President Joe Biden.

The remark soon reached Beijing, where Chinese Foreign Ministry spokesperson Zhao Lijian dismissed Trump’s comment, telling reporters Friday, « I’m not sure if you noticed how blue the sky is today. »

He then pleaded with both candidates to leave China out of their politically charged parleys.

« We are not interested in the presidential election of the U.S. and hope they will stop making China an issue in the election, » Zhao said.

Contrary to Zhao’s hopes, however, the U.S.-China relationship has been a front and center issue in the leadup to the election, which comes during a year in which the globe was consumed by the COVID-19 pandemic, a coronavirus disease first observed in Wuhan, China.

China has largely brought the disease under control, but cases continue to spike in areas worldwide, including in parts of the U.S., which leads the world in deaths from the virus at more than 220,000, some 70,000 more than second-place Brazil, over 100,000 more than third-place India, and more than double any other country in the world.

Trump, who recently recovered from COVID-19, has taken to blaming China for what he’s called a « plague. »

« It’s not my fault that it came here. It’s China’s fault, » Trump said Thursday. « And you know what? It’s not Joe’s fault that it came here either. It’s China’s fault. They kept it from going into the rest of China for the most part, but they didn’t keep it from coming out to the world, including Europe and ourselves. »

Trump has taken credit for cutting travel from China in late January, a decision he said was made in spite of opposition from Biden. The former vice president did, as the president said, accuse Trump of « xenophobia » at the time, though he argues it was not in direct response to the travel ban.

Africa’s largest dam powers
dreams of prosperity in Ethiopia —
and fears of hunger in Egypt

As the reservoir fills on the Blue Nile, people in both
countries are preparing for changes the dam may bring

A colossal dam is near completion on Ethiopia’s stretch of the Nile, a project so large that it promises to set the country on a path to industrialization that could lift tens of millions out of poverty.

Downstream in Egypt, where the Nile meets the sea, a starkly different picture emerges: The dam is a giant, menacing barrier that could be used to hold back the source of nearly all the country’s water.

The Grand Ethiopian Renaissance Dam has stoked intense nationalistic fervor in both Ethiopia and Egypt. Ethiopians see building the dam as a fundamental right, one that could bring electricity to the more than half of Ethiopians who don’t have access at home. Egyptians see their fate potentially falling into foreign hands.

The two countries — as well as Sudan, also heavily dependent on Nile water from Ethiopia — have tried in vain for years to forge a deal on how quickly the dam’s reservoir should be filled. Egypt, anticipating droughts, has demanded that it be filled slowly, over more than a decade. Ethiopia, which built the dam largely with its own money, wants the reservoir full and generating the maximum electricity as soon as the dam is complete — scheduled now for 2023.

With or without an agreement, the dam is an imminent reality, and people in both countries are preparing for what it may bring.

“Having seen it all,” said Moges Alemu, 84, a factory owner who in a bygone era was Emperor Haile Selassie’s flight technician, “I can say there has never been anything as highly anticipated in this country as the Grand Ethiopian Renaissance Dam.”

Moges invested $2 million in expanding his oxygen and nitrogen gas factory in anticipation of more- reliable electricity. In Egypt, where water scarcity already is a problem, farmers are moving away from water-intensive crops such as rice.

“Everyone is worried about the dam, not just me,” said Mohamed Abdelkhaleq, 69, a lifelong farmer in Egypt’s Nile Delta, where two-thirds of the country’s food is grown.

Even without the dam, many of the delta’s irrigation canals are running dry. A multitude of factors including climate change, poor maintenance, mismanagement and illegal water siphoning have dehydrated the already thirsty country. The U.N. Food and Agriculture Organization says temperatures in some parts of Egypt are expected to rise between 1.8 and 3.6 degrees Celsius over the next century, requiring more water to grow crops as evaporation in the Nile and its canals increases.

Further water shortages and their effect on agriculture could have dire consequences for Egypt’s 100 million people — a population that now grows by 2 million per year.

“If the water becomes even less, we would not be able to plant anything. We would not be able to feed our animals,” said Abdelkhaleq. “I pray to God that this never happens.”

Talks to hash out a deal among the three countries have faltered.

President Trump, fashioning himself as a broker of an agreement, has taken the side of Egyptian President Abdel Fatah al-Sissi, whom he once called his “favorite dictator.” In a statement, a spokesman for the State Department said it had withheld $264 million in security and development assistance from Ethiopia — more than double what has been previously reported — “due to Ethiopia’s unilateral decision to fill the Grand Ethiopian Renaissance Dam (GERD) without an agreement with Egypt and Sudan.” He spoke on the condition of anonymity according to State Department protocols.

Analysts say Washington and Cairo have little leverage over Addis Ababa. Egypt probably would bear the brunt of consequences should an agreement on the dam’s management not be reached.

“Egypt and the United States seem to be saying: Comply, submit, or there will be trouble,” said Jason Mosley, a peace and security analyst focusing on the Horn of Africa at the Stockholm International Peace Research Institute. “There’s not much road left on that track. The dam is already built, the reservoir being filled.”

Meanwhile, Ethiopian politicians and business executives wax poetic at any mention of the dam — the prime minister’s spokeswoman even wrote a poem about it. It has been the subject of a song by Ethiopia’s most popular pop singer, viral hashtags, spontaneous flag-waiving marches in the streets and proclamations by the patriarch of the Ethiopian Orthodox Church. Support for it unites people between whom there are otherwise unbridgeable political and ethnic rivalries. To many, the dam isn’t just about electricity, but a portent of a glorious future.

“Mothers who’ve given birth in the dark, girls who fetch wood for fire instead of going to school — we’ve waited so many years for this — centuries,” said Filsan Abdi, the 28-year-old minister for women and children. “When we say that Ethiopia will be a beacon of prosperity, well, it starts here.”

Thousands of miles downriver in the Nile Delta, on a farm near the edge of the Sahara desert, Mohamed Abdelkhaleq looked over what was once a field green with rice.

Rice had given him prosperity: a three-story house that provides a home for his eight children and 20 grandchildren. Over two centuries in the rice-growing business, his family had acquired such wealth that they would hire helicopters to plant the seeds and spread pesticides.

“We planted as much rice as we wanted,” he recalled with a wistful smile. Now he and others in the village of Kafr Ziyada grow only enough to feed their families.

Growing water shortages triggered by climate change and population growth have altered their life of growing rice, a water-intensive crop. Two years ago, Egypt reduced the area used for rice production by more than a half, from 1.76 million acres to 750,000, in an effort to save 3 billion cubic meters of water. At the time, the country’s irrigation minister insisted to pro-government media that the measures were unrelated to concerns over the Ethiopia dam.

But now, as the dam fills, farmers fear that even the rice they subsist on is under threat. Rice farming remains heavily restricted, and Abdelkhaleq has already had to pay a $600 fine for over-planting. Irrigation Ministry officials enforce a rule that limits farmers to four days of water at a time from canals, followed by at least two weeks without, the strictest rationing in years, farmers say.

“They are rationing the water because the Nile’s waters are already down,” said Ali Mohamed, 42, Abdelkhaleq’s son. “It’s lower this year, and every year is less and less.”

He blamed the dam, but Mostafa al-Naggari, head of the rice committee of Egypt’s Agriculture Export Council, said the current rice production restrictions are primarily driven by the need to satisfy the growing population’s demand for water and meet national development goals.

Egypt’s politicians and pundits have jumped at the chance to portray Ethiopia as the cause of this crisis, accusing Addis Ababa of negotiating in bad faith on filling the reservoir and in turn threatening to plunge millions of Egyptians into darkness and poverty. That rhetoric is popularized on talk shows in hyper-nationalist terms.

“This is our right,” said Ahmed Mousa, one influential TV personality. “No one treats Egypt this way.”

Whether the dam will contribute to water shortages in Egypt is largely a function of the eventual water-sharing agreement that Egypt, Sudan and Ethiopia sign.

“It all comes down to how much water Ethiopia will agree to release during and after a drought,” said Kevin Wheeler, a hydrologist at Oxford University who has co-written multiple papers on the dam. “During the onset of a drought, Ethiopia will decide whether to continue releasing water at the same rate, thus continuing to generate power and provide downstream countries with water, or else fill its reservoir to ensure longer-term energy production.”

Ethiopia’s prime minister, Abiy Ahmed, sought to assuage Egyptian concerns in his speech at this year’s U.N. General Assembly. “I want to make it abundantly clear that we have no intention to harm these countries,” he said. “What we are essentially doing is to meet our electricity demands from one of the cleanest sources of energy. We cannot afford to continue keeping more than 65 million of our people in the dark.”

In Egypt, even mild comments that might seem in favor of the dam require anonymity. One U.N. official in Cairo, who spoke on the condition of anonymity to talk freely about a politically sensitive issue, said that the dam had “not so far impacted the worsening water-scarcity conditions in Egypt” but that the situation could be “different in the following years.”

Other experts agreed that Egypt was unlikely to feel the effects in the near term, and that water reserves at the Aswan Dam could prevent catastrophes brought on by sudden droughts.

Ethiopia’s prime minister, Abiy Ahmed, sought to assuage Egyptian concerns in his speech at this year’s U.N. General Assembly. “I want to make it abundantly clear that we have no intention to harm these countries,” he said. “What we are essentially doing is to meet our electricity demands from one of the cleanest sources of energy. We cannot afford to continue keeping more than 65 million of our people in the dark.”

In Egypt, even mild comments that might seem in favor of the dam require anonymity. One U.N. official in Cairo, who spoke on the condition of anonymity to talk freely about a politically sensitive issue, said that the dam had “not so far impacted the worsening water-scarcity conditions in Egypt” but that the situation could be “different in the following years.”

Other experts agreed that Egypt was unlikely to feel the effects in the near term, and that water reserves at the Aswan Dam could prevent catastrophes brought on by sudden droughts.

The dam’s promise of regular electricity is as potent a symbol of change in Ethiopia as it is of dread in Egypt.

Economic growth in Ethiopia has been stifled by a lack of electricity. Industry margins are hollowed out by the nightmare of daily, unpredictable power cuts.

It takes a huge amount of electricity to run Moges Alemu’s business — making oxygen into liquid. The element’s gas form needs to be cooled to minus-159 degrees Celsius in sophisticated, heavy-duty machines.

On a recent day, there was no electricity. Not a day in three weeks had passed without a power cut. With each blackout, hours of costly electricity-intensive cooling would, quite literally, evaporate into thin air.

Power cuts weren’t even the worst of Moges’s woes. Fluctuations in the energy supply caused by surges in daytime demand for power had blown out numerous costly pieces of equipment, repeatedly rendering the factory useless for weeks at a time. Other factory owners said they had lost millions of dollars this way.

The stakes are high: All of eastern Ethiopia relies on Moges’s factory for oxygen applications that include hospital emergency rooms, artificial insemination of livestock, welding and increasing the shelf life of potato chips.

“It’s disastrous. Our growth is crippled. Without the dam, honestly, the future looks hopeless,” Moges said. “But we can’t afford to be left behind.”

Once the equipment is repaired, his 60 workers will toil mostly at night, when surges are less likely.

Ethiopia’s lack of electricity contributes to an economic lag that in turn has left the country in an immensely precarious situation. Without industry, hundreds of thousands have fled endemic poverty on perilous, often deadly quests to find work abroad. Unemployed youth who stay behind are blamed for repeated bouts of political violence. Girls in rural areas — where more than 80 percent of the country lives — are expected to fetch firewood for cooking, precluding millions from going to school.

To hear it from the Ethiopian government, the dam is close to a cure-all. In an August statement, the state-run Ethiopian Investment Commission said the dam had “a vast ability to solve the country’s power problem.”

The commission says 5,700 foreign companies would draw on power created by the Renaissance Dam, many of them in a burgeoning industrial corridor that stretches from Addis Ababa to the boomtown of Adama, the site of Moges’s factory. A $5 billion new airport is in the works between the two cities, already connected by a new six-lane expressway and electric rail line.

To the electrician fixing the oxygen factory, however, the dam’s promise is less clear-cut. Mesfin Telahun likened Ethiopia’s power infrastructure to a battered Lada, the Soviet-era taxicab that is still ubiquitous on Ethiopian streets.

“Every transformer in this country has broken and been repaired 100 times, 1,000 times,” he said. “Just because we have more power doesn’t mean everything else suddenly works.”

Wheeler, the Oxford hydrologist, said a large dam would almost certainly iron out power fluctuation problems. The dam’s power will also help with similar problems in Sudan, Kenya and Djibouti, all of which are connected to Ethiopia’s grid and will begin importing power from it in the coming years.

Further away still is the promise of rural electrification. More than 840 million people worldwide lack electricity access, including most Ethiopians and nearly half of all Africans. But building new distribution lines will be at least as costly as the dam itself, Wheeler said, and their construction has barely started.

Perched high above the river whose harnessing promises such a clear break from the past is a cluster of villages that have never had an electric connection.

Starting by age 8 or so, almost every girl in Miniji Yibiza spends most of the day walking between a nearby forest and her home, carrying firewood on her back.

It isn’t uncommon to see four generations of women from the same family, the youngest and oldest both stooped under the weight of the wood.

When asked whether she had ever gone to school, Adanach Abebew, 28, laughed.

“How could I?” she asked. “If I didn’t have to do this, I would at least have more time with my smallest child. I get worried when I am away all day collecting wood.”

Starting by age 8 or so, almost every girl in Miniji Yibiza spends most of the day walking between a nearby forest and her home, carrying firewood on her back.

It isn’t uncommon to see four generations of women from the same family, the youngest and oldest both stooped under the weight of the wood.

When asked whether she had ever gone to school, Adanach Abebew, 28, laughed.

“How could I?” she asked. “If I didn’t have to do this, I would at least have more time with my smallest child. I get worried when I am away all day collecting wood.”

SERNATUO scrute les opportunités de l’industrie automobile marocaine

«Maroc: Marché stratégique pour les équipementiers automobiles », c’est le thème d’un wébinaire organisé le 21 octobre dernier par par l’Association espagnole des fournisseurs automobiles (SERNAUTO), en collaboration avec IC Groupe. Cette rencontre a permis d’analyser l’industrie automobile marocaine ainsi que les opportunités qu’elle offre, en particulier pour les équipementiers espagnols.

« Le Maroc est le premier constructeur automobile de la région MENA et le deuxième du continent africain. C’est un point stratégique pour notre secteur tant par sa localisation que par son engagement dans un plan d’accélération industrielle, développant un écosystème automobile où plusieurs fournisseurs espagnols se sont déjà implantés », a expliqué Sonia López, présidente de la Commission du commerce extérieur de Sernauto.

« Le Maroc est pleinement connecté avec l’Europe. Cela se reflète dans les chiffres d’exportations, 65% sont destinés au continent européen, l’Espagne et la France recevant 45% du total. L’Union européenne se positionne comme le premier client du Maroc et vice versa. 50% des importations vers ce pays d’Afrique du Nord proviennent d’Europe », a de son côté, souligné Javier Fernández Méndez de Andés, conseiller économique et commercial de l’ambassade d’Espagne à Rabat. Se référant au secteur automobile marocain, ce dernier a souligné que « c’est un marché qui se tourne vers l’étranger, c’est-à-dire qu’il est fortement orienté vers l’exportation. 90% des véhicules sont exportés, dont 80% sont destinés à l’UE ».

Durant ce webinaire, les participants ont également évoqué les opportunités que présente l’industrie automobile marocaine. Il s’agit particulièrement d’une nouvelle demande entraînée par la l’implantation du constructeur PSA à Kénitra. S’ajoutent aussi le renforcement du volume de production, les seuils de rentabilité et les économies d’échelle, ainsi que la plate-forme d’exportation que le marché marocain présente en termes de coûts compétitifs pour la main-d’œuvre et la logistique.

Le dirham s’apprécie face au dollar

Le dirham s’est apprécié de 0,68% par rapport au dollar américain et s’est déprécié de 0,32% vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 15 au 21 octobre 2020, indique Bank Al-Maghrib (BAM).

Selon la banque centrale, les avoirs officiels de réserve se sont établis à 293,4 milliards de DH au 16 octobre dernier, enregistrant une baisse de 0,4% d’une semaine à l’autre et une progression de 23% en glissement annuel.

Politiques publiques : Le changement du mode opératoire sera décisif

Le constat est largement partagé depuis quelques années au Maroc. Au-delà des objectifs ambitieux des différentes stratégies et politiques publiques, c’est au niveau de l’exécution que les choses se compliquent. D’où l’importance de prospecter de nouveaux modes opératoires dans ce domaine. C’est dans ce sens que s’inscrit la réflexion en cours au niveau de la Commission spéciale pour le nouveau modèle de développement (CSMD).

Celle-ci a organisé un webinaire, vendredi dernier, autour des «enjeux de l’implémentation des politiques publiques», modéré par Michael Zaoui, membre de cette instance, et animé par Matthew Andrews, professeur à la Harvard Kennedy School of Government aux Etats-Unis.

Ce dernier a rappelé que «les Etats sont souvent appelés à relever des challenges liés notamment à la croissance, à la création d’emplois, au renforcement de l’accès aux services de base. Ce sont les mêmes enjeux auxquels fait face le Maroc actuellement».

Pour lui, Rabat a «réalisé des avancées dans ces domaines. Mais certaines limites sont apparues». L’idée est d’identifier actuellement comment inverser la tendance. Une question centrale dans les travaux de la CSMD, appelés à tracer les contours du nouveau modèle de développement au Maroc. Selon Andrews, qui a accompagné plusieurs gouvernements dans la résolution de problématiques autour de la mise en œuvre des politiques publiques, il est important de «changer la manière de penser et de faire». Il plaide en faveur d’une nouvelle approche, baptisée Problem Driven Iterative Adaptation (PDIA). Concrètement, plusieurs Etats construisent des visions ou des stratégies autour d’une série de projets à réaliser, afin d’assurer leur développement. «Sur le terrain, nous avons remarqué que plusieurs gouvernements n’ont pas réussi à implémenter ces projets.

D’autres, face à ces difficultés, ont opté pour l’externalisation de la mise en œuvre à des cabinets de consulting. Mais au bout du compte, ils ont réalisé que ces projets n’ont pas permis de réaliser l’objectif principal, à savoir favoriser le développement du pays». Pour lui, cela s’explique essentiellement par l’adoption de «la mauvaise approche». En face, ceux qui ont réussi, «ont construit des capacités systémiques à travers des projets concrets». En clair, «la vision de ces Etats est axée sur le renforcement de leurs capacités et non pas sur l’achèvement d’une liste de projets», a-t-il expliqué.

Selon ce professeur universitaire, il ne s’agit pas de développer ces compétences pour la réalisation d’un projet, mais plutôt de renforcer les aptitudes à agir, dans un système indépendant, durable et dynamique. Dans une stratégie de développement, l’Etat doit se focaliser sur une question centrale: le pays a-t-il plus de capacités que l’année dernière? Les renforce-t-il davantage durant les prochaines années? Il a donné l’exemple de Singapour, considéré actuellement comme l’une des économies les plus dynamiques dans le monde. Contrairement aux idées véhiculées, la réussite de ce pays n’est pas liée aux plans quinquennaux mis en place depuis des décennies, a-t-il précisé. Pour lui, la décision clé était de construire les capacités de ce pays, en misant sur l’enseignement et la préparation des ressources humaines, sur les infrastructures et l’attractivité des investissements. Idem pour la Corée du Sud.

«C’est le développement de ces capacités qui a permis à ces Etats de saisir les opportunités du futur», a-t-il noté. Dans ce processus, il plaide pour un focus sur le problème à résoudre, en mettant à contribution les différents intervenants. Concrètement, il s’agit de renforcer l’action en réseau des acteurs du secteur public, du privé et de la société civile. L’objectif est de se baser sur les conclusions de leurs travaux relatifs aux problèmes posés, afin d’identifier les points de départs pour les résoudre. Ceci est d’autant plus important, car le renforcement de ces aptitudes permet de s’inscrire dans la logique du processus de développement. «Il s’agit d’un processus continu, dans lequel il est important de connaître, tout le temps, la prochaine étape», a-t-il expliqué.

AMMC : les chiffres du rapport annuel

Le volume des opérations de prêt de titres a atteint 307 milliards de dirhams (MMDH) au titre de l’année 2019, en baisse de près de 15% par rapport l’année précedente, selon l’AMMC.

A fin décembre 2019, l’encours des opérations de prêt de titres s’est établi à 27 MMDH, a précisé l’AMMC dans son rapport annuel au titre de l’année 2019, notant

L’AMMC fait ressortir que la répartition des volumes traités par catégories de clients est restée identique à celle observée en 2018, avec une très large prédominance des banques en tant qu’emprunteurs (61,5 %) et des organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) en tant que prêteurs (88,2 %).

Et d’ajouter que la durée moyenne pour une opération de prêt de titres varie de 1 à 6 semaines en fonction du type d’instrument financier. Les durées de détention les plus longues ont été enregistrées pour les Bons du trésor (BDT) avec 52 semaines, les titres de créances négociables (TCN) avec 28 semaines et les actions avec 22 semaines

Industrie solaire : Des produits innovants en attente de valorisation

§  CONSTITUÉE À 80% DE PME, L’INDUSTRIE SOLAIRE LOCALE ARRIVE À METTRE DIVERS PRODUITS TECHNOLOGIQUES SUR LE MARCHÉ.

§  LA PRODUCTION NATIONALE PRIVÉE FAIT FACE À UNE CONCURRENCE RUDE DE LA PART DES PRODUITS IMPORTÉS, ESSENTIELLEMENT DE CHINE.

Hors appels d’offres publics, dont les opérateurs nationaux sont exclus de fait, l’industrie locale, composée à 80% de PME et TPME, arrive à lancer des projets qui leur permettent de survivre. En premier lieu, les produits de pompage solaire et ceux issus des projets en autoconsommation sont les plus importants. Selon Khalid Semmaoui, président de l’Association marocaine des industries solaires et éoliennes (Amisole), ces produits font tout de même face à une concurrence rude de la part des produits importés. La Chine, le plus grand producteur mondial, inonde les marchés mondiaux, dont le marché local, de produits à bas prix, bénéficiant de l’économie d’échelle. Au Maroc, les opérateurs n’arrivent conséquemment pas à battre ces prix, d’où, dit le président de l’Amisole, «la nécessité d’appliquer la préférence nationale». D’un autre côté, certaines dispositions locales, dont celles inclues dans la loi 13-09 (voir www.lavieeco.com), n’ont pas encore atteint le bout du tunnel juridique. Ces dispositions empêchent plusieurs projets de voir le jour. «Eu égard tous ces éléments, il faut trouver un moyen de favoriser la production nationale privée. Déjà, elle ne bénéficie ni de subventions ni des grands projets nationaux», poursuit M. Semmaoui.
Dans le domaine de la recherche, c’est une autre paire de manches. Un grand nombre de projets réalisés par les centres de recherches et les universités nationales doit relever le défi de la commercialisation. C’est ce qui leur permettrait d’enrichir l’offre nationale privée, hors grands projets. Sur le terrain, l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen) a financé une soixante de projets en collaboration avec les universités nationales. Dans les plateformes d’innovation de l’Iresen, d’autres projets, dont ceux financés par la Commission européenne, voient le jour régulièrement. «Nous arrivons à réaliser des prototypes, mais il faut maintenant passer à la phase de commercialisation», souligne Badr Ikken, directeur général de l’Iresen.

Plusieurs projets issus de la recherche nationale sont déjà implémentés. L’utilisation de la technologie solaire thermique dans l’industrie en est un exemple. Elle a permis à l’Iresen d’opérer un upscaling des process utilisant le fuel pour les remplacer avec le solaire à concentration thermique chez une grande entreprise publique nationale. Le photovoltaïque sert également à produire la chaleur chez les industriels marocains, au même titre que des solutions de traitement de l’eau sont matures et peuvent intégrer le marché national. «Nous menons actuellement un projet avec l’Université Internationale de Rabat. Il consiste à permettre le maintien en choc du bitume. Ce projet est prêt à être transféré à l’industrie nationale», précise Badr Ikken.

Quid des technologies propres ?

En ce qui concerne les technologies propres, il y a plusieurs produits créés par les plateformes d’innovation qui sont commercialisables. Cela va du chauffe-eau solaire à bas coût, développé par l’Iresen en collaboration avec l’Université de Fès, à la borne de recharge des véhicules électriques, fabriquée au Green Park Energy de Benguerir, en passant par des batteries fabriquées avec de l’énergie renouvelable. Les exemples sont nombreux. «Tous les projets sont prêts à être mis sur le marché», confirme le directeur général de l’Iresen. Cela dit, il reste ce lien à faire avec le marché. C’est la tâche à laquelle s’attelle l’Iresen actuellement. Aussi, au niveau de la commission «économie verte» de la CGEM, un sous-groupe s’occupe des écosystèmes industriels verts. Cette mission s’accorde parfaitement avec sa spécialité.

Textile : L’amendement de l’accord de libre-échange avec la Turquie soulage les industriels du marché local

§  LONGTEMPS PÉNALISÉS PAR LA CONCURRENCE DÉLOYALE DES IMPORTATIONS TURQUES, LES INDUSTRIELS TRAVAILLANT POUR LE MARCHÉ LOCAL PEUVENT SOUFFLER.

§  LA LEVÉE DES EXONÉRATIONS SUR LES PRODUITS FINIS LEUR PERMETTRA DE RÉCUPÉRER LEURS PARTS DE MARCHÉ.

§  HABILLEMENT, TISSUS D’AMEUBLEMENT, COUVERTURES ET TAPIS SONT CONCERNÉS EN PREMIER LIEU.

§  CETTE ÉCLAIRCIE SUR LE MARCHÉ LOCAL NE NE S’ÉTEND PAS AUX EXPORTATIONS.

L’amendement de l’accord de libre-échange liant le Maroc à la Turquie est une bouffée d’oxygène pour les industriels du textile opérant sur le marché local. «Cet amendement permet de rééquilibrer le marché en faveur des industriels locaux et mettre fin à la concurrence déloyale qu’ils subissaient», déclare Fatima Zahra Alaoui, directrice générale de l’association marocaine des Industries du textile (Amith). En effet, rappelons que jusqu’en janvier 2018, et depuis l’entrée en vigueur en 2006 de l’accord de libre-échange signé en 2004, les textiliens ont fait les frais d’une concurrence déloyale des produits finis de l’habillement, du textile, de l’ameublement, des couvertures et des tapis turcs importés en exonération des droits de douane. Le marché local a ainsi été inondé par le textile turc. Et pour preuve, les importations, selon les statistiques de l’Amith, ont, depuis 2010, enregistré annuellement une hausse de 150%. Entre 2010 et 2016, elles sont passées de 141 à 940 millions de dirhams. Elles se sont multipliées par 8 et dépassent aujourd’hui, indique Mme Alaoui, le milliard de dirhams. Le secteur textile, considéré comme le grand perdant de cet accord, a enregistré, durant les six dernières années, une perte régulière d’emplois. Ainsi, en 2014, 19 000 emplois perdus, 24 000 en 2015, 36 000 en 2016 et 44 000 en 2017.
Cette situation, dénoncée de façon récurrente par les professionnels du secteur, a abouti en 2018 à la mise en place de la mesure de sauvegarde pour freiner l’évolution des importations turques. La levée des exonérations au profit des produits textiles est donc instaurée et se traduit par un droit de douane additionnel ad-valorem équivalent à 90% du droit d’importation qui leur est appliqué dans le cadre du régime de droit commun. Les droits de douane varient de 2,25% à 22,5%. Dans la Loi de finances 2020, les droits de douane sont passés de 25% à 30%. Le projet de Loi de finances rectificative porte ce taux à 40%. Ainsi, suite à l’amendement de l’accord de libre-échange, techniquement, pour un produit fini textile imposé à 40% l’imposition se fera au taux de 36%. Cela permettra de protéger la production nationale qui, et ceci est plutôt difficile à concevoir si l’on considère ses capacités d’exportation, «ne pouvait plus se positionner sur le marché local en raison de la concurrence déloyale des produits turcs qui bénéficient d’importantes subventions étatiques et de la dévaluation de la livre», explique Mme Alaoui. Laquelle dévaluation, de l’ordre de 49% en 2018, avait complètement annihilé l’impact de la mesure de sauvegarde sur le textile décidée la même année.

L’amendement signé en août 2020 couvrira les cinq prochaines années, soumettant à l’imposition douanière plusieurs produits finis de l’habillement, des tissus d’ameublement, des couvertures, ainsi que les tapis. Soit les produits qui ont le plus pâti de la concurrence turque sur le marché local. Cette liste négative pourrait être reconduite, si la conjoncture l’impose, pour une même période de cinq ans. Les professionnels ont retenu seulement les produits finis car les intrants importés de Turquie sont utilisés par les industriels exportateurs.

L’amendement constitue donc une bonne nouvelle pour les industriels et arrive à point nommé pour leur sauver la mise en cette période de crise sanitaire. Conjoncture au cours de laquelle, faut-il le souligner, s’impose un accompagnement des entreprises en difficulté. La levée des exonérations rééquilibrera les règles du jeu en faveur des textiliens locaux face à des industriels turcs largement soutenus par leur pays. L’Etat turc subventionne à hauteur de 50% les loyers et les salaires des enseignes implantées au Maroc. «Industriels marocains et turcs pourront, grâce à cet amendement, se battre à armes égales sur un marché local à fort potentiel. Il est actuellement estimé à 45 milliards de dirhams», avance Mme Alaoui.

Les exportateurs n’ont pas de visibilité sur les commandes

Si l’amendement de l’accord de libre-échange avec la Turquie rassure les industriels opérant sur le marché local, les exportateurs, quant à eux, s’inquiètent pour leur business. Les donneurs d’ordre connaissent, en raison de la crise sanitaire, un ralentissement d’activité. Ce qui s’est traduit pour les exportateurs par un manque de visibilité sur leurs carnets de commandes. «Si l’on excepte le plus grand donneur d’ordre avec lequel nous travaillons, soit le Groupe Inditex qui propose chaque semaine de nouveaux articles, les autres donneurs d’ordre européens restent prudents et n’ont pas encore réellement repris, car ils manquent de visibilité. En Europe, les industriels sont incertains en raison des mesures de confinement et de couvre-feu. Donc, pour un grand nombre d’exportateurs, on parle seulement de quelques semaines de visibilité. D’autres ont enregistré de fortes baisses de commandes», confie Fatima Zahra Alaoui. Le ralentissement à l’international s’explique en fait par la crise sanitaire qui a induit des changements dans le quotidien des consommateurs. Notamment une faible demande d’habillement sur le marché européen parce que les consommateurs font du télétravail et n’ont donc pas besoin de faire des achats d’habillement. Par ailleurs, ils optent beaucoup plus pour les achats on-line, ce qui explique le ralentissement des mises en boutiques. A cela, il faut ajouter l’intersaison, l’approche des soldes et la liquidation des stocks. Autant de facteurs à l’origine du ralentissement des commandes. Cependant, à l’Amith on retient que le bilan d’activité est mitigé dans la mesure où toutes les filières ne sont pas concernées. Ainsi, par exemple, les industriels de la grosse maille et les fabricants de manteaux ont du travail. Pour les professionnels du produit fini, travaillant pour des marques et fabriquant des collections, la situation est moyennement bonne. Ils peuvent bénéficier des commandes de réassort qui se font au Maroc pour des raisons de proximité et de délais de livraison. En revanche, pour les produits de mass market, la situation est beaucoup plus compliquée : les donneurs d’ordre, en difficulté et craignant les prévisions de récession économique, restent prudents.
Côté chiffres, les exportations, qui avaient connu une baisse allant de 80 à 88% entre mars et mai 2020, ont certes repris en juillet (2%), mais elles risquent de ne pas rattraper le retard d’ici la fin de l’année parce que, selon l’association professionnelle, «le mois d’octobre n’a pas bien démarré».

Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021

Le PLF 2021 prévoit de porter l’effort d’investissement global du secteur public à 230 milliards de DH, selon la note de présentation du Projet de loi de finances (PLF-2021).

Dans le détail, les programmes d’investissement des Établissements et Entreprises Publics (EEP) s’élèvent globalement à près de 81,9 milliards de DH. Notons que ces derniers couvrent principalement les secteurs de l’énergie, des télécommunications, de l’habitat, de l’agriculture, de l’électricité, de l’eau potable, des phosphates et leurs dérivés, des autoroutes et des transports aériens, maritimes et ferroviaires. On apprend aussi que les efforts seront concentrés sur l’extension et le renforcement des réseaux de voirie et d’assainissement, les constructions d’infrastructures culturelles, sportives et de loisirs, de marchés et d’édifices publics ainsi que les aménagements de jardins et d’espaces verts. L’enveloppe globale à ce niveau sera à peu près de 18 milliards de DH.

De leur côté, les programmes d’investissement relevant des SEGMA se chiffrent, quant à eux, à près de 272,43 millions de DH. Il est à noter que les budgets d’investissement des collectivités territoriales seront consacrés essentiellement à la mise en place des infrastructures destinées à améliorer les conditions de vie des populations. Par ailleurs, les programmes d’investissement financés dans le cadre des CST et non couverts par des transferts du Budget général s’élèvent à 21,34 milliards de DH et portent principalement sur le renforcement du réseau routier national, le soutien d’actions relevant des secteurs de l’agriculture, des eaux et forêts, de l’élevage, de l’audiovisuel, de l’habitat, de la justice, de la culture, des sports, de l’aide aux jeunes promoteurs et le financement de programmes socio-éducatifs.

Une extension d’un an pour Europa Oil & Gas au large d’Inezgane

L’ONHYM vient d’accorder une extension d’un an pour Europa Oil & Gas à Inezgane. Le britannique, qui exploite cette licence depuis novembre 2019, pourra désormais accélérer ses travaux techniques avant d’entamer ceux de forage.

Europa Oil & Gas reprend ses travaux de recherches dans la zone offshore d’Inezgane, près d’Agadir. Des travaux quasiment interrompus à cause de la crise sanitaire liée au Covid-19. D’ailleurs, à cause de cette situation exceptionnelle, l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) vient de lui accorder une extension de son permis d’un an supplémentaire, soit d’ici novembre 2022.

L’explorateur pétrolier a annoncé qu’il devra ainsi débuter son programme de réduction des risques au niveau de 30 prospects qui recéleraient près de 10 milliards de barils de ressources pétrolières, selon les dernières estimations du groupe. La licence d’Inezgane, qui couvre une superficie de 11.228 kilomètres carrés dans le bassin d’Agadir, a été octroyée en novembre 2019 et a été décrite par Europa Oil & Gas comme une licence disposant d’un «énorme» potentiel.

«Les travaux en cours se concentrent sur le retraitement sismique et la réduction des risques des prospects et des pistes qui ont été cartographiés à ce jour. Le plan prévisionnel est de constituer un solide inventaire de prospects et, sous réserve des résultats, de chercher des partenaires pour le début des forages de puits. Un processus de farm-out sera officiellement lancé après l’achèvement du programme de travail technique. Des discussions sont menées avec trois entreprises qui ont exprimé leur intérêt pour Inezgane», déclare Europa Oil & Gas.

Rappelons que la durée initiale du permis d’Inezgane était de huit ans comprenant trois phases d’exploration, dont une phase initiale de deux ans. Suite à l’extension, la phase initiale durera désormais trois ans et la durée du permis Inezgane sur les trois phases d’exploration est désormais de neuf ans. A l’issue de la phase initiale, Europa a la possibilité de s’engager à forer un puits d’exploration ou de renoncer au permis.

«Nous sommes reconnaissants aux autorités marocaines pour leur réponse rapide aux défis posés par la pandémie mondiale et plus particulièrement de nous avoir accordé une prolongation d’un an de la phase initiale du permis d’Inezgane. Ce dernier couvre une vaste zone dans le bassin d’Agadir et, si de nombreux travaux ont déjà été réalisés malgré la crise du Covid-19, cette extension nous permettra de tirer profit et exploiter les résultats encourageants observés à ce jour.

Grâce à cette extension, nous nous concentrons désormais sur l’achèvement du travail technique avant de trouver un ou des partenaires avec lesquels nous pouvons travailler pour réaliser le potentiel substantiel de la licence», souligne Simon Oddie, PDG d’Europa Oil & Gas.

OCP, les coulisses du deal à 37 milliards pour fertiliser l’Éthiopie

L’usine d’engrais que prévoit de construire l’OCP en Éthiopie est un deal caractéristique de la nouvelle diplomatie économique du Maroc. Récit dans le détail d’un projet symbolisant la percée du royaume 
en Afrique de l’Est.