PROXIMO REVUE DE PRESSE DU 09 Novembre 2020

As Biden Plans Transition, Republicans Decline to Recognize His Election

Former President George W. Bush and a handful of other Republicans congratulated the president-elect, but most party leaders stayed quiet or urged President Trump to fight.

WASHINGTON — President-elect Joseph R. Biden Jr. prepared on Sunday to start building his administration, even as Republican leaders and scores of party lawmakers refrained from acknowledging his victory out of apparent deference to President Trump, who continued to refuse to concede.

With Mr. Biden out of the public eye as he received congratulations from leaders around the world, his team turned its attention to a transition that will swing into action on Monday, with the launch of a coronavirus task force and swift moves to begin assembling his team.

But more than 24 hours after his election had been declared, the vast majority of Republicans declined to offer the customary statements of good will for the victor that have been standard after American presidential contests, as Mr. Trump defied the results and vowed to forge ahead with long-shot lawsuits to try to overturn them.

While some prominent Republican figures, including the party’s only living former president, George W. Bush, called Mr. Biden to wish him well, most elected officials stayed silent in the face of Mr. Trump’s baseless claims that the election was stolen from him.

Buffeted by Trump, China Has Little Hope for Warmer Relations With Biden

Many in Beijing believe that the United States will remain hostile to the country’s rise, regardless of who is president.

All along China’s leaders publicly professed indifference to the American presidential election, having concluded that no matter who won, the United States would remain irreconcilably opposed to the country’s rise.

The country’s top leader, Xi Jinping, has instead been pushing a strategy that would better insulate China from rising international risks, especially the antagonism of President Trump.

China now faces a new administration that has vowed to be equally tough. While many will welcome the expected change in tone from the strident, at times racist statements by Mr. Trump and other officials, few expect President-elect Joseph R. Biden Jr. to quickly reverse the confrontational policies his predecessor has put in place.

Without significant concessions by the Chinese government, which seem unlikely, the fundamental tensions between the two countries will fester. They could even become more pronounced — over trade, tech, Taiwan and other issues.

“Biden’s election will not fundamentally affect the core policies of Beijing’s leaders,” said Carl Minzner, a professor of Chinese law and politics at Fordham University in New York. Those policies, he added, “are being driven by the increasingly hard-line, one-man rule of Xi Jinping, and his desire to reassert party power throughout Chinese society.”

Since Mr. Biden was declared the winner, China’s official reaction has been relatively muted. Neither Mr. Xi nor other officials have extended public congratulations, awaiting Mr. Trump’s official concession, as a spokesman for the Ministry of Foreign Affairs suggested on Monday.

While some Chinese officials have called on the United States to lower tensions by resuming unspecified negotiations, others are bracing for even greater challenges, particularly on the issues of technology and human rights. They fear that Mr. Biden, working in concert with allies in Europe and elsewhere, could prove more effective in confronting China’s growing economic and military might.

Mr. Biden, whose views on China have hardened since he was vice president in the Obama administration, appears determined to leave in place many of Mr. Trump’s harshest measures, including tariffs and restrictions on Chinese technology. On the campaign trail, he called Mr. Xi “a thug” and vowed he would more forcefully address human rights violations, including mass detentions and forced labor in the western region of Xinjiang.

Yang Yi, a retired Chinese admiral and former director of the Strategic Study Institute at China’s National Defense University whose views reflect the mainstream thinking of the military, warned before the election that “Chinese-American relations are at a very dangerous juncture.” He pointedly cited the complacent view in Europe before World War I that continentwide conflict was unthinkable.

“It is very difficult for both countries to step back from their fixed strategic objectives,” Admiral Yang wrote in The Global Times, the nationalist state-controlled newspaper. “In the post-pandemic era, the structural tensions between China and the United States are even sharper, and it will be very hard for ‘technical measures’ to resolve or ease them.”

Even as the American campaign unfolded, Mr. Xi’s China flexed its military and political muscle across the region, calculating that the United States could or would do little in response.

It clashed with India over their disputed border in the Himalayas, cracked down on promised freedoms in Hong Kong and, most recently, targeted Australia with restrictions on exports of wine, lobster and coal. It has also responded to each punitive step by Mr. Trump with measures of its own, barring travel by administration officials and lawmakers, imposing sanctions on companies and expelling American journalists.

Much remains uncertain, including Mr. Trump’s actions toward China in the remaining weeks of his presidency. Mr. Biden has offered relatively few concrete proposals for dealing with China. In his victory speech, Mr. Biden said little about foreign policy, making clear that his first priority would be fighting the coronavirus pandemic at home. It could be months into 2021 before he turns his full attention to America’s most vexing geopolitical relationship.

Mr. Biden’s victory has raised hopes in some quarters that the two countries could resume cooperation on at least some issues, especially climate change and nuclear proliferation by North Korea and Iran. Germany’s foreign minister, Heiko Maas, appealed for exactly that in a congratulatory message to Mr. Biden on Twitter, citing the pandemic and climate change.

He also said Germany would approach the new administration with policy proposals for dealing with “actors like China,” signaling the hardening of views in Europe that have become increasingly worrisome for some in Beijing.

Cliff Kupchan, the chairman of the Eurasia Group in Washington, said the Chinese would welcome the “breathing space” to defuse tensions. That also gives them more time to build their own strength, economically and militarily.

“They are getting more and more concerned about a crisis with America,” he said in a telephone interview. “They still know they are weaker.”

Chinese officials repeatedly claimed they had no favorite in the race, calling the election an internal matter for the Americans to decide. The outcome, though, might be the best thing the Communist Party’s leadership could have wanted.

The election resulted in the defeat of a president who has pushed U.S.-China relations to their lowest point since the 1970s. It also reflected a political process that few anywhere would hold up as a model of effective, democratic leadership in a time of myriad crises.

The American failures in slowing the coronavirus outbreak — as well as the protests this year over police brutality and racism — have been a theme of Chinese propaganda ever since the country brought its own infections under control.

“The unchecked spread of the virus and continuing political tumult in the United States have reinforced Beijing’s view that the United States is in decline,” said Jessica Chen Weiss, a professor of government at Cornell University.

“So even as the Chinese leadership sees abundant domestic and international risks,” she added, “it is becoming more confident in its efforts to resist international pressure on issues that are core to its domestic legitimacy and regime security.”

Mr. Xi has used China’s success in fighting the pandemic to press a political and economic agenda to make the country less dependent on the rest of the world in crucial fields, including technology.

On the eve of the election, the Communist Party’s main journal, Qiushi, or “Seeking Truth,” published a speech Mr. Xi delivered in April outlining his strategy. He said China should enhance its dominance of industrial supply chains as a potential weapon to strike back against protectionist threats from abroad.

As the United States now moves into a likely turbulent transition, Mr. Xi is marching ahead with a new five-year plan that will guide policy starting in 2021. An outline — released, coincidentally, on Election Day in the United States — carries the stamp of Mr. Xi, who reinforced his gloomy prognosis of the global pressures at an important party gathering last month.

At the same meeting, Mr. Xi was hailed as “the core navigator and helmsman,” a title that echoes the one bestowed on Mao Zedong. He showed no sign of designating a successor that could pave the way to his retirement. With a likely third term beginning in 2022, he stands to be in power well past the next presidential election in 2024 — and possibly another after that.

“Right now, China feels like a different planet,” Rodney Jones, an economist at Wigram Capital Advisors who closely tracks China, said by email. “And that is exactly how Xi Jinping wants it.”

The Chinese government seemed eager to play down the election — perhaps to avoid emphasizing the democratic process for a population that has no role in choosing its leaders.

Coverage of the prolonged ballot counting was sparing, with election news relegated to the end of the nightly newscast. As Mr. Biden’s victory was called on Sunday morning, all of China’s state media flashed news alerts — about Mr. Xi’s instructions, issued several days ago, for a railroad connecting Sichuan Province to Tibet.

Propaganda aside, ordinary Chinese were not indifferent to the outcome. Both candidates were among the most searched topics on Chinese social media.

Students who hoped to study in the United States also had a special stake in the race: their visas, which the Trump administration has severely restricted.

“Although Biden will also be tougher toward China when he comes to power, his policy on international students may be relaxed,” said Nathan Cao, a college junior in Shandong Province who hopes to study abroad.

A popular noodle shop in Beijing that Mr. Biden visited as vice president in 2011 was more crowded than usual after his victory.

“I saw news articles saying Biden is a good father and really likes his family,” said Sunny Gao, 55, who went on Sunday and Monday, ordering the same noodles with black soybean paste that Mr. Biden tried. “I hope he will be a little good to China.”

Afrique du Nord : L’AFD s’investit pour lutter contre le stress hydrique

L’agence française de développement (AFD) et l’Observatoire du Sahara et du Sahel viennent de signer un nouveau partenariat pour la mise en place d’une initiative régionale intitulée « Stress hydrique et changement climatique en Afrique du Nord ». Cette initiative intervient dans le cadre de la Facilité d’appui au dialogue de politiques publiques et citoyen financée par l’agence et pour laquelle une convention de recherche et de partenariat a été signée jeudi dernier à Tunis avec l’OSS, organisation intergouvernementale à vocation africaine et disposant d’une expertise reconnue sur le sujet des ressources en eau et de changement climatique en zone aride et semi-aride, précise l’AFD.

L’objectif est d’alimenter pour une durée de 18 mois le dialogue de politiques publiques dans la région (Maroc, Algérie, Égypte, Libye et Tunisie) et d’encourager le partage de connaissances à une échelle régionale sur les enjeux et solutions permettant de faire face à ces défis. Concrètement, l’initiative permettra la création d’espaces de dialogue sur le sujet avec la production de documents de synthèse par pays et à l’échelle régionale et la publication de documents de recherche dans les collections de l’AFD.

Airbus-Boeing : L’UE va adopter des sanctions contre les Etats-Unis

Du nouveau dans le conflit commercial vieux de 16 ans opposant l’Union européenne (UE) aux États-Unis. La Commission européenne a annoncé, ce lundi, qu’elle va imposer des sanctions douanières contre les États-Unis, en représailles aux sanctions américaines, dans le litige opposant Airbus et Boeing sur les aides d’Etat.

« Nous avons une décision de l’OMC sur le cas Boeing, qui nous autorise à imposer des taxes et c’est ce que nous faisons », a déclaré Valdis Dombrovskis, commissaire européen à l’Economie, lors d’une déclaration à la presse, tout en précisant que Bruxelles restait « ouvert à une solution négociée ». Ce lundi, les ministres du Commerce de l’UE se réunissent à Bruxelles pour discuter notamment de la relation commerciale avec les États-Unis. L’UE se dit prête à retirer les sanctions « si les États-Unis suspendent ou retirent leurs taxes », a expliqué Dombrovskis.

Rappelons que l’Organisation mondiale du Commerce (OMC) a autorisé mi-octobre l’UE à prendre des mesures de rétorsion contre Washington, dans ce feuilleton commercial vieux de 16 ans. En jeu, des taux douanières sur les produits américains pouvant atteindre 4 milliards de dollars.

Contribution sociale: L’impôt calculé sur la base de l’exercice 2020

  • La déclaration et le paiement avant le 31 mars pour les exercices clos au 31 décembre
  • 31 mai, dernier délai pour les personnes ayant plusieurs catégories de revenus
  • Une mesure prévue par le projet de loi de finances 2021

L’une des mesures fiscales prévue par le projet de loi de finances 2021 qui continue de susciter la polémique concerne la contribution de solidarité sociale. Basée sur les bénéfices et les revenus, la disposition touche aussi bien les sociétés que les personnes physiques (Voir tableau) pour un an.

Sont ciblées les sociétés soumises à l’IS à l’exclusion des structures exonérées de manière permanente et celles bénéficiant du régime fiscal de la place financière de Casablanca ou encore celles implantées en zones d’accélération industrielle. Les personnes ayant des revenus salariaux et assimilés, professionnels, agricoles, fonciers sont également ciblées.

Le barème de la contribution est de 2,5% pour les sociétés dont le bénéfice net fiscal varie entre 5 et 40 millions de DH et 3,5% au-delà. Pour les personnes physiques, le montant de la contribution a été fixé au taux unique de 1,5% à partir de 10.000 DH nets par mois et ce, par voie de retenue à la source.

Par revenus salariaux, il faut entendre les revenus bruts globaux tels que détaillés par l’article 56 du code général des impôts: les salaires, les avantages en argent ou en nature, les allocations spéciales, les pensions… Ce qui implique que bien qu’elle soit exonérée de l’IR, l’indemnité de licenciement et les dommages-intérêts y afférents sont concernés par la contribution sociale.

Pour les sociétés qui clôturent leur exercice au 31 décembre, ce qui est le schéma le plus classique et le plus simple, la contribution de solidarité sociale sera calculée sur la base de l’exercice 2020 à l’image de la cotisation minimale. La télédéclaration et le télépaiement de l’IS, en même temps que la contribution de solidarité sociale, doivent être effectués au plus tard trois mois après la clôture de l’exercice (Voir échéancier).

Pour les entités qui ont des exercices à cheval, qui clôturent au 31 août, par exemple, comme les établissements d’enseignement privé ou les sociétés agricoles, elles payeront sur la base de l’exercice septembre 2019-août 2020. Les salariés concernés (au moins 10.000 DH nets par mois) passeront à la caisse à partir de la paie du mois de janvier 2021.

Les personnes physiques ayant des revenus professionnels, agricoles et/ou fonciers  devront déposer leur déclaration fiscale et payer en ligne la contribution de solidarité sociale avant le 1er juin 2021. Celle-ci sera calculée en fonction du résultat net de l’exercice 2020.

Il faudra attendre la circulaire de la Direction générale des impôts qui précisera les cas particuliers.

On joue les prolongations

La loi de finances 2013(1) avait instauré une contribution de solidarité sociale sur les bénéfices et revenus en remplacement de la contribution pour l’appui à la cohésion sociale, instituée un an plus tôt et destinée à approvisionner le fonds d’appui à la cohésion sociale censé financer le programme Ramed. La mesure a été appliquée aux exercices allant du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2015. Une nouvelle contribution sera instituée par la loi de finances 2019 pour les exercices 2019 et 2020. Elle cible les sociétés, établissements publics, associations et autres organismes similaires. Elle s’applique également aux fonds, établissements des sociétés non résidentes ou établissements des groupements desdites sociétés et autres personnes morales soumises à l’IS et réalisant un bénéfice net d’au moins 40 millions de DH. La contribution sociale qui prend fin en 2020 a été fixée au taux unique de 2,5%.

Agences urbaines numériques 2.0 : Le projet est dans le pipe

Elles seront mises en place à l’horizon 2021

Le virage numérique s’opère à grande vitesse. Pour le secteur de l’urbanisme, cette transformation est désormais à l’ordre du jour du ministère de tutelle qui veut renforcer plus que jamais le repositionnement des agences urbaines et développer des services innovants adaptés aux citoyens et aux différents acteurs. Ce nouveau cap intervient à point nommé avec le centenaire de la première loi sur l’urbanisme au Maroc. Avec près de 35 ans d’expérience dans les domaines de planification et de gestion urbaine, les Agences urbaines se sont imposées au fil du temps comme un outil d’ingénierie pluridisciplinaire en matière de développement et de régulation urbaine à l’échelle territoriale.

Dans cette perspective, le département de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme planche actuellement sur un projet visant la mise en place des agences urbaines numériques 2.0. Cette démarche englobe l’ensemble des aspects (organisation, veille, structures, ressources humaines, data et processus métiers, service.) liés à la transformation numérique des 29 Agences urbaines du Royaume, de la Direction de l’urbanisme ainsi que de la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère. Parallèlement, une feuille de route définira les projets numériques nécessaires pour déployer les agences urbaines numériques et un système national partagé de veille urbaine accompagnera ce projet. Les détails.

Ajuster les missions des Agences urbaines

Les Agences urbaines sont au cœur du processus de l’aménagement du territoire. Elles sont dépositaires de données pertinentes des différentes dynamiques d’urbanisation et participent activement à des études stratégiques de planification. «Celles-ci font face à de multiples pressions au vu du poids de la gestion urbaine et des conflits de pouvoirs, notamment avec les collectivités locales, qui cristallisent chez les citoyens la perception négative de la complexité administrative, se retrouvant ainsi face à une perte de compétences ou un manque de ressources humaines et à des moyens financiers en inadéquation avec l’augmentation de leurs activités et l’évolution de leurs missions», explique le département de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Par conséquent, ce dernier s’est fixé comme objectif de développer la réflexion sur le repositionnement de leurs missions.

Le projet de transformation numérique des agences urbaines s’inscrit dans le cadre de la déclaration du programme gouvernemental 2016-2021, du plan Maroc Digital, de la transition vers le projet de régionalisation et du lancement de la charte nationale de la déconcentration. Ce projet de transformation numérique des Agences urbaines est un prélude à leur repositionnement et au perfectionnement des politiques de leur management, selon le même département. A cela s’ajoute le fait qu’au regard de leurs prérogatives et leurs missions, ces entités constituent un outil de veille urbaine, d’innovation, de concertation et d’échange d’informations et de données entre les différents acteurs locaux. Pour renforcer leur rôle, elles ont donc développé un ensemble d’applications et de plateformes informatiques (comme les systèmes d’information et les systèmes d’information géographiques). Néanmoins, les différents projets déployés dans ce sens ont des niveaux de progression et de maturité variables et restent disparates et parfois hétérogènes, faisant appel à des technologies évolutives dont la maintenance se révèle compliquée et coûteuse.

Les territoires en ligne de mire

A travers ce projet, le département de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme veut promouvoir, structurer et accélérer la mise en place d’Agences urbaines numériques 2.0, en collaboration avec toutes les composantes métiers concernés. L’objectif étant d’avoir une vision prospective sur le sujet et un système de veille urbaine. Cette approche découle du Programme national de l’urbanisme durable. Celui-ci vise la préparation des territoires à l’horizon 2040 en particulier sur l’aspect de la transformation numérique. Dans le même sens, la mise en œuvre du plan d’actions 2016-2021 ambitionne le développement desdites Agences à l’horizon 2021. Pour réussir ce projet de transformation, la tutelle choisit d’adopter une approche globale. En même temps, les ressources humaines, les structures, l’organisation, la technologie, la data, les indicateurs de veille et la sécurité doivent être pris en compte tout en prenant en considération les moyens et contraintes du département aux niveaux central et local. «En effet, le processus de transformation numérique passe par plusieurs étapes, dont la première concerne la construction d’une idée claire et commune des perspectives d’avenir, axée sur la réforme des métiers, les services aux citoyens, la gestion des données produites par les Agences urbaines et le développement du capital humain», indique la même source.

L’Open Data pour promouvoir l’investissement

La transformation numérique des Agences urbaines se fonde sur une meilleure exploitation des données. Ainsi, il sera essentiel d’identifier et d’analyser l’ensemble de la base de données disponibles. Pour y parvenir, un schéma à définir faisant ressortir les besoins, risques et opportunités devra être établi. Il englobera les modes d’échange et de partage, avec les acteurs et citoyens. Notons que les trois structures concernées : à savoir les 29 Agences urbaines, la Direction de l’urbanisme et la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère gèrent et génèrent annuellement 110.000 dossiers instruits par an, soit plus de 350 dossiers par jour.

Elles travaillent sur 25.000 notes de renseignements, soit plus de 80 demandes. De même,120 documents d’urbanisme sont homologués annuellement. «Ces données exploitées constituent un outil efficace d’aide à la prise de décisions. Par ailleurs, lesdites Agences seront amenées à jouer un rôle majeur dans la mise à disposition de données à l’échelle territoriale. L’Open Data diffusée par elles contribuera à encourager l’innovation et la recherche scientifique, favoriser les opportunités économiques pour le secteur privé, promouvoir l’investissement et multiplier les partenariats public-privé pour offrir des services et usages plus utiles au profit des citoyens», indique la même source.

Investissements directs marocains à l’étranger : 5,64 MMDH à fin septembre

Ils se sont légèrement améliorés par rapport au mois de juin

Malgré le coup encaissé à cause de la conjoncture, les investissements directs marocains à l’étranger (IDME) reprennent légèrement. Alors qu’il se situait autour de 5 milliards de dirhams à fin juin, le volume de ces investissements a grimpé à 5,64 milliards de dirhams à fin septembre. Toutefois, il s’inscrit toujours en net repli par rapport à la même période de l’année durant laquelle ils avoisinaient les 8 milliards de dirhams. La baisse est, ainsi, estimée à 28,5% en glissement annuel. Pour ce qui est du flux net de ces IDME, les statistiques relevées par l’Office des changes font ressortir une baisse de 3,66 milliards de dirhams. Ils ont ainsi basculé en une année de 6,67 milliards de dirhams à 3 milliards de dirhams à fin septembre 2020. Malgré ce repli, ce flux s’inscrit en légère amélioration par rapport à ce qui a été enregistré au premier semestre de l’année en cours. A fin juin 2020, le flux des investissements directs marocains à l’étranger atteignait les 2,46 milliards de dirhams. Tour d’horizon des principales tendances relevées au premier semestre.

Les banques et assurances, principales cibles des IDME

La répartition des investissements directs marocains à l’étranger selon la nomenclature marocaine des activités économiques reste inchangée par rapport aux structures antécédentes. Les activités financières et d’assurances continuent de capter une grande partie de ces investissements. Le flux réalisé dans ce secteur à fin juin a avoisiné les 1,95 milliard de dirhams, dont 1,86 milliard de dirhams pour les activités de services financiers, hors assurance et caisses de retraite y compris les activités des sociétés holdings. Le flux généré au niveau des assurances est de 49 millions de dirhams tandis que 33 millions de dirhams ont été enregistrés au niveau des activités auxiliaires de services financiers et d’assurances. De même, 627 millions de dirhams ont été injectés dans les industries extractives au premier semestre de l’année. Le flux des IDME dans le «commerce, répartition d’automobiles et de motocycles» a atteint les 208 millions de dirhams, dont 100 millions de dirhams pour le commerce de gros, 106 millions de dirhams pour le commerce de détail et 2 millions de dirhams pour la réparation d’automobiles et de motocycles. Les investissements marocains dans le transport et entreposage sont estimés à 13 millions de dirhams. On observe, également, un flux de 82 millions de dirhams d’investissements dans le secteur de la construction et de 1 milliard de dirhams dans l’agriculture, sylviculture et pêche. Le premier semestre de l’année a été marqué par un net ralentissement des investissements marocains directs à l’étranger dans le secteur de la communication. Leur flux ressort négatif de 737 millions de dirhams à fin juin.

Les Emirats Arabes Unis en tête des destinations

Au moment où le Luxembourg captait, ces dernières années, l’essentiel des investissements directs marocains à l’étranger, la structure des destinations des IDME a changé au premier semestre de l’année. Les Emirats Arabes Unis arrivent en tête du classement. Le flux généré en cette destination au titre des six premiers mois de l’année s’élève à 560 millions de dirhams. Le Cameroun se place pour sa part en deuxième position avec un flux de 513 millions de dirhams au moment où la Côte d’Ivoire a reculé d’une place pour se positionner en tant que troisième destination des IDME totalisant ainsi un flux de l’ordre de 423 millions de dirhams contre 1,17 milliard de dirhams réalisé à fin décembre 2019. Le flux des investissements directs marocains en France continue sur sa tendance baissière. Il est ainsi passé de 426 millions de dirhams à fin 2019 à 263 millions de dirhams au premier semestre de l’année en cours. Le flux réalisé à l’Ile Maurice est estimé à 224 millions de dirhams contre 284 millions de dirhams observés fin 2019. Au Burkina Faso, le flux des investissements marocain est revenu à 218 millions de dirhams, contre 188 millions de dirhams au Mali, 171 millions de dirhams au Gabon, 141 millions de dirhams en Egypte, 98 millions de dirhams au Sénégal, 76 millions de dirhams au Togo et 66 millions de dirhams au Luxembourg et en Guinée. En revanche, ce flux est ressorti négatif au Bénin (-337 millions de dirhams), aux Pays-Bas (-137 millions de dirhams), au Niger (-79 millions de dirhams), au Congo (-46 millions de dirhams) et en Inde (-30 millions de dirhams).

Taxes locales : voici ce qui vous attend en 2021

Les contribuables assujettis au paiement des taxes locales doivent se préparer à quelques nouveautés en 2021. Les détails.

Il y a du nouveau pour 2021 en matière de taxes locales. L’Economiste, qui s’intéresse au sujet dans sa livraison du jour, précise que le projet de loi 07-20 sur la fiscalité sort enfin des tiroirs du Secrétariat général du gouvernement, et qu’il a été récemment examiné et adopté avec quelques observations en conseil de gouvernement. Selon le quotidien le projet contient plusieurs dispositions parmi lesquelles l’extension de la taxe d’habitation, de la taxe sur les terrains urbains non bâtis (TNB) aux opérations de lotissement, et de la taxe de services communaux.

Cette assiette subit une progression de 2% tous les 5 ans dans le schéma actuel, mais le projet de loi 07-20 prévoit de ramener ce délai à 3 ans. La période d’exonération des résidences principales, qui est de 5 and actuellement, sera de même ramenée à 3 ans. Notons qu’il est également prévu de relever à 87% la part des recettes de la taxe professionnelle et de la taxe d’habitation devant revenir aux budgets des communes où sont prélevés ces impôts. Le journal précise que 11% iront aux chambres professionnelles et les 2% restants seront versés au budget général pour financer les frais de gestion. « Les projets de restauration d’immeubles, de réhabilitation des bâtiments non conformes et les démolitions nécessitant un permis de construire seront imposés au titre de la taxe sur les opérations de construction et la taxe sur les terrains urbains non bâtis », indique L’Economiste, ajoutant que la taxe est payable au moment de la délivrance du permis de construire ou l’autorisation de restructuration des constructions illégales.

L’autre chose à savoir est qu’en cas d’extension ou de modification d’un projet, la taxe sera fonction de la superficie supplémentaire et le minimum à payer a été fixé à 1000. DH. De même, les opérations de restauration seront taxées entre 200 et 500 DH, et pour les démolitions, la grille oscille entre 500 DH et 1000 DH. Le projet de loi amène aussi une autre nouveauté : l’élargissement de la taxe de séjour aux résidences meublées louées par internet, via notamment Airbnb. Il faut savoir également que la taxe sur les véhicules automobiles sera appliquée non seulement à l’occasion du contrôle technique annuel, mais à chaque visite obligatoire positive. L’Economiste fait de même remarquer que dans le but d’améliorer le recouvrement des impôts locaux, il est proposé de revoir l’article 45 de la loi 47-06 sur le tarif minimum pour l’émission et le paiement de certains impôts locaux.

Campagne agricole 2020-2021 : Crédit Agricole du Maroc mobilise une enveloppe de 8 milliards de DH

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc accélère sa mobilisation en faveur du monde agricole et de l’agro-industrie avec une enveloppe de financement de 8 milliards de DH (contre 4 milliards de DH auparavant) pour la campagne agricole 2020-2021.

Il s’agit d’une initiative en phase avec les axes stratégiques de «Génération Green 2020-2030». Ainsi, l’enveloppe de 8 milliards de DH vise à permettre aux agriculteurs, aux entrepreneurs ruraux et aux agro-industriels d’assurer la continuité de leurs activités et de générer richesses et croissance pour le monde agricole et rural. Le doublement de l’enveloppe de financement s’inscrit dans la dynamique de relance économique et porte l’objectif de soutenir la résilience de l’agriculture et l’émergence d’une classe moyenne en milieu rural.

Il se déclinera comme suit :

  • 4 milliards de DH pour l’agriculture via des crédits de fonctionnement et d’investissement dédiés à l’équipement et à la modernisation des exploitations agricoles;
  • 3 milliards de DH pour l’agro-industrie à travers des crédits de fonctionnement et d’investissements pour les projets agro-industriels et alimentaires;
  • 1 milliard de DH pour l’encouragement de la création d’une classe moyenne dans le milieu rural et le développement de l’entreprenariat, à travers des financements adaptés aux activités économiques en milieu rural (hors agriculture) et aux projets porteurs générateurs de revenus et de valeur ajoutée.

Notons que cette mobilisation exceptionnelle a été réalisée grâce à la conjugaison de 3 leviers :

  • La croissance des dépôts clientèle ;
  • Les lignes de financements internationales obtenues auprès des bailleurs de fonds : la Banque a conclu des partenariats importants au profit du secteur agricole, agro-industriel et au monde rural auprès de la BEI, de l’AFD et de la BERD, totalisant 3 milliards de Dhs environ ;
  • Les diverses émissions obligataires (dettes perpétuelles et dettes subordonnées) opérées par la Banque.

De même, cette enveloppe exceptionnelle mobilisée par le Crédit Agricole du Maroc pourra être réévaluée et/ou réaménagée selon les dispositions spécifiques que pourrait prendre le gouvernement en matière de soutien additionnel, notamment en ce qui concerne les taux et/ou les garanties.

Outre la banque classique, les filiales du Groupe dédiées à l’agri-agro et au monde rural contribueront, elles aussi, à la mise en place de cette enveloppe via des offres adaptées à chaque catégorie de projet. Soulignons que cette enveloppe de 8 milliards de DH fait partie intégrante d’un ambitieux programme pour l’accompagnement de la campagne agricole 2020-2021. Ce dispositif volontariste est en cours de mise en œuvre pour l’accompagnement des entrepreneurs agricoles tout au long des chaînes de valeur, grâce à la mise en place d’outils financiers inclusifs et de programmes spécifiques permettant aux agriculteurs et aux ruraux de générer de la croissance et d’améliorer et de stabiliser leur niveau de vie.